NOUVEAUTÉS !



    Voici enfin paru le dernier manuscrit (achevé) écrit par Maurice Bellet. Cela faisait longtemps qu'il était habité par la phrase (datée, en apparence) de saint Paul : "Nous, nous proclamons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les nations." (1Co 1,23). 

   Quel sens peut avoir cette subversion si on la pense aujourd'hui ? Ni exégèse, ni théologie ni piété : fidèle à elle-même, la pensée de Bellet est portée par la conviction que l'on peut sauver le monde du chaos et l'humain de la misère si l'on aime Dieu par la seule force de l'esprit critique. 

Son ultime ouvrage est exigeant, il se lit pas à pas. Mais le lecteur qui écoute cette voix, elle-même porteuse d'une Parole toujours inouïe, est certain de découvrir un espace et des perspectives qui n'en finissent pas d'attirer.









 "Maurice Bellet a jeté les fondements d'un autre christianisme", écrit Jean-Claude Guillebaud dans la préface. Oui, la pensée de ce théologien hors norme, avec qui j'ai eu la chance de collaborer pendant de nombreuses années, est véritablement pionnière. A la demande nombreuses personnes qui disent avoir du mal à le lire, à la demande aussi de l'éditeur Albin Michel, j'ai écrit ce livre qui, par-delà l'hommage à un ami cher, veut offrir des portes d'entrée et de lecture accessibles vers une oeuvre qui ouvre tout grand l'espace d'un christianisme de grand souffle, vraie bonne nouvelle pour la vie de chaque humain. 

    "L'écrit s'en va. S'il trouve des lecteurs, mon vœu est qu'ils y entendent ce qui les éveillera à leur propre parole." Ce vœu exprimé par Maurice Bellet à propos d'un de ses livres est aussi le mien en vous partageant, au seuil de l'année nouvelle, le fruit d'une connivence qui ne demande qu'à s'ouvrir au plus grand nombre.




    Autre bonne nouvelle : La Voie, l'un des livres majeurs de Maurice Bellet, vient d'être réédité en  deux volumes livres de poche. Le texte est inchangé, mais la présentation, plus aérée, permet de savourer, à petites doses, la densité d'un texte qui se médite plus qu'il ne se lit...